Ville de champions

Montréal, même si ça ne paraît pas toujours, est décidément une ville de champions !

Prenez le Canadien. Sceptiques depuis le début de la campagne, on doit maintenant admettre  qu’on s’était trompé dans son cas. Mea culpa. Canadien vient de gagner une autre série de cinq matchs, il a remporté cinq de ses six derniers matchs à l’étranger, il est à un point du sommet dans l’Est avec un match en mains (et Boston est en train de gaspiller les quatre qu’il avait à un certain moment sur le CH).

Un Norris avec ça? P.K. Subban sera dans la course si son excellente saison se poursuit.

Un Norris avec ça? P.K. Subban sera dans la course si son excellente saison se poursuit.

Canadien, faut le dire, a un bon club.

Il est quatrième au total pour les victoires, les points et le pourcentage de points, cinquième pour les buts marqués par match et sixième pour les buts accordés, troisième pour le ratio buts alloués/accordés à 5 contre 5… En fait, les seules statistiques où le Canadien n’est pas dans le top-10, c’est pour le désavantage numérique (19e) et les mises en jeu remportées (22e).

Canadien est fort. C’est dire à quel point Jacques Martin est mauvais  Quelques changements et hop! ce club-là se retrouve en tête de la ligue. Vrai, il ne pouvait pas compter sur Galchenyuk-Gallagher. Mais «bencher» Gomez et Kaberle (Diaz était là, l’an passé), il n’avait pas les couilles pour le faire… Pensez-vous que les jeunes auraient joué l’an dernier, anyway ? C’est ce qu’on se disait…

Ça nous coûte un peu de le dire, mais ici, aux quartiers généraux de CPCJ!, on se surprend même à aimer cette équipe…

Et prenez l’Impact. Une troisième victoire d’affilée. Samedi, contre le Toronto FC, même s’il n’a joué que 45 bonnes minutes, l’Impact a trouvé une façon de l’emporter. L’an dernier, c’est un match qu’il aurait assurément perdu : il avait la bien mauvaise habitude de s’effondrer quand ça commençait à chauffer.

Bon, l’Impact ne remportera pas tous ses matchs, mais les points qu’il engrange en mars et avril sont ceux qu’il ne cherchera pas désespérément en septembre et octobre, comme l’an dernier.  Ça promet.

Et prenez aussi Georges St-Pierre. Vrai, à CPCJ!, on déteste le UFC, que l’on estime semblable à une douteuse bataille de ruelle où deux combattants sont entourés de 20 voitures, tous phares ouverts et qu’on se tapoche jusqu’à ce qu’il n’en reste qu’un en état de dire : «Pardon mononc’».

Mais nous ne sommes pas insensibles aux succès de GSP, qui a défendu avec succès sa ceinture des 170 livres pour une huitième fois. Ça ne nous fera pas aimer les combats ultimes, mais on apprécie l’exploit.

Non, vraiment, le seul endroit où on ne trouve pas que Montréal est une ville de champions, c’est pour son prochain gros évènement de boxe.

Nous le savons, nous sommes pas mal les seuls à ne pas tripper sur le combat Pascal-Bute du 25 mai prochain. Mais sérieusement, mis à part de pouvoir se vanter sur les bars de la rue St-Laurent d’être le meilleur boxeur au Québec, quel est l’enjeu de ce combat ?

Une ceinture ? Non. Pascal abandonne même l’espoir d’être champions de mi-lourds de l’IBF pour ce combat. Bute tente de nous faire croire que c’est pour se préparer pour sa revanche contre Carl Froch.

Une chance de se battre en championnat du monde par la suite ? À peine un «peut-être» : le perdant sera condamné à attendre le gagnant pour un combat revanche et le vainqueur est loin d’être assuré de recevoir un coup de fil (GYM a tellement écoeuré Gary Shaw, le promoteur de Chad Dawson, dans ce dossier que celui-ci ne devrait pas offrir une chance à Pascal s’il l’emportait…).

La gloire internationale ? Non. Ces deux boxeurs sont déjà connus. Mais au moment d’écrire ces lignes, contrairement à ce GYM et InterBox ont voulu vous faire croire jusqu’ici, les réseaux américains «n’attendent pas ce combat depuis deux ans» (c’est Yvon Michel qui nous scande ça depuis l’annonce du combat). HBO, «qui demandait sans cesse quand ce combat allait se produire», n’a pas encore annoncé ce qui remplacera Pascal-Dawson le 25 mai. Showtime ne semble plus intéressé par Bute depuis qu’il a perdu contre Froch (et qu’il a décidé de se battre contre Dennis Grachev).

Un bon combat local, c'est ça qui attire...

Un bon combat local, c’est ça qui attire…

Non, vraiment, pour nous, ce combat, c’est du Régis Lévesque sans le loufoque personnage. C’est Hilton-Ouellet all over again. Ça nous dit aussi que les deux groupes pensent que maintenant, pour que leurs boxeurs fassent un coup d’argent, ils doivent se battre contre le gars de l’autre écurie. Inquiétant. Si Pascal s’était battu contre Dawson et qu’il avait gagné, vous croyez qu’un affrontement contre Bute aurait été impossible ? Absolument pas !

Mais ce que ça dit, c’est que ces deux boxeurs voudront en faire une série de trois combats et qu’après (dans deux ans), il sera trop tard pour tous les deux pour aspirer à autre chose.

J’espère au moins qu’ils auront beaucoup de dollars à compter.

La mauvaise passe de Carey…

Il n’en fallait pas plus pour que les Internets s’embrasent : Carey Price, après avoir donné sept buts aux Penguins samedi, en a donné cinq autres aux Islanders mardi. Une douzaine de buts en six périodes.

Sur Twitter et Facebook, les «partisans» du Canadien réclamaient Petr Budaj.  Il faut dire que RDS les aide pas mal aussi, en montrant des gros plans de Michel Therrien et de Petr Budaj après chaque but accordé par Price à

Si j'étais un coyote, je me tiendrais loin de Carey de ce temps-ci...

Si j’étais un coyote, je me tiendrais loin de Carey de ce temps-ci…

partir du troisième ou s’il en accorde deux en moins de trois minutes. Il doit y avoir une autre façon de présenter ce passage du match, non ? On l’a compris là, que Therrien songe peut-être à remplacer Price par Budaj. C’est comme les plans de glaçons fondants au cinéma pour illustrer le printemps : depuis 1978, mis à part dans Un Homme et son péché, on a abandonné ce plan…

On se calme les p’tits cocos ! Oui, votre souffre-douleur préféré connaît un passage à vide, mais est-ce que ça se peut qu’il ne reçoive pas toute l’aide dont il aurait besoin devant lui ? Est-ce que ça pourrait qu’après avoir récolté un point à ses 11 derniers matchs, Canadien était dû pour en échapper une ? L’année miraculeuse des huit défaites, Canadien a chuté contre les Kings et annulé contre Atlanta et le Colorado. Et le Canadien de 2013 n’a rien à voir avec celui de 1976-77…

Price a une fiche de 11-4-3 avec deux jeux blancs, une moyenne de 2,35 et un taux d’efficacité de ,908 malgré tout. Quand un gardien connaît une léthargie, ça fait plus mal que ton premier trio. En tout cas, ça paraît plus.

À go, on respire et lui donne le reste de la semaine pour voir, OK ?  Et que ça vous plaise ou non, il sera aux Jeux de Sotchi. Faites vous à l’idée tout de suite.

Finalement, Bute-Pascal, ce ne sera peut-être pas tout de suite…

Tiens, tiens !  Finalement, le combat Bute-Pascal n’aurait pas lieu le 25 mai, tel que plusieurs médias annonçaient en exclusivité, primeur et tutti quanti. Pascal s’entraîne encore pour un combat le 25 mai, mais on parle pas mal plus de Dawson dans son entourage… Quant à Bute, il s’entraîne, mais on ne sait pas trop pourquoi et pour qui présentement…

(On vous rappelle, humblement, qu’on vous en avait parlé ici… Le texte de la semaine passée de Martin Dion (@martindion) ici. Inutile de vous dire que nos deux textes ne se sont pas retrouvés sur la page Facebook d’Yvon Michel…)

This just in…

Pendant que je vous écris, Mikaël Kingsbury vient d’être sacré champion du monde de bosses à Voss, en Norvège. Alexandre Bilodeau est médaillé d’argent et Justine Dufour-Lapointe en bronze chez les dames. Ça devrait encore bien aller en ski acrobatique à Sotchi…

Méli-Mélo du mercredi

Canadien en feu, le personnel d’entraîneurs des Alouettes et Bute-Pascal aussi safe que le retour des Nordiques : méli-mélo du mercredi sur CPCJ !

Trop forts pour l’Est…

Quand nous nous sommes parlés, amis lecteurs, Canadien était en perdition la semaine dernière, après trois défaites consécutives, dont une mornifle face aux Maple Laughs.

Cette semaine ?

Canadien est premier… dans l’EST !!! Deux jeux blancs, les Flyers passés dans le tordeur, un match efficace sur la route contre les Rangers. Qui arrêtera votre club préféré ? Le Tricolore est-il trop fort pour son Association ? Imaginez quand Erik Cold va se remettre à jouer (si ça arrive un jour…).

Il aura bien du mal à se déplacer jusqu'à la galerie de presse avec ça.(regardepasca.com)

Il aura bien du mal à se déplacer jusqu’à la galerie de presse avec ça.
(regardepasca.com)

Car tout n’est pas rose dans le vestiaire du Bleu-Blanc-Rouge. Non. Brendan Gallagher souffre d’une commotion cérébrale «légère» (ah ! comme Sidney Crosby !) et Erik Cold souffre d’une pochite aiguë accompagnée de symptômes post-j’aurais-donc-dû-fermer-ma-yeule-et-pas-parler-de-retraite.

Le bon Erik n’a que quatre points en 16 matchs, «on pace» pour une extravagante saison de 12 points. C’est un point de plus que Josh Gorges et Alexei Emelin et autant que Francis Bouillon. C’est aussi trois fois moins que Raphael Diaz, que plusieurs étaient prêts à échanger pour une douzaine de bâtons de bois avant que cette saison ne commence. (Diaz, on vous le rappelle, avait quelque chose comme 29 points en 32 matchs en Europe avant Noël…).

Cold est peut-être proche d’un voyage sur la galerie de presse…

Nouveaux visages des Alouettes

Toute une mise en scène des Alouettes pour la présentation non seulement de leur nouvel entraîneur-chef, Dan Hawkins, mais de tout son personnel d’entraîneurs, mardi, au Château Champlain. Rarement aura-t-on vu autant de gens sur une même estrade pour une conférence de presse.

Hawkins ? Nous suivons très peu le football de la NCAA aux bureaux de CPCJ!, donc, nous le connaissons très peu. Il a une fiche reluisante au niveau universitaire (112-61-1), mais son dernier passage au Colorado n’a pas donné les résultats escomptés (19-39).

Ce qui est encourageant ? C’est que le nom de Hawkins soit ressorti au bout d’un processus de sélection exténuant au cours duquel 50 candidats ont été interviewés.

Mes textes : ici et ici.

Vivement le camp d’entraînement !

Pascal-Bute : aussi safe que le retour des Nordiques

Bon. Tout le Québec boxe s’enflamme pour le combat Pascal-Bute, qui aurait lieu le 25 mai, sur HBO, possiblement au Stade olympique !

InterBox alimente le feu en invitant les médias à un entraînement pour Bute et Stéphan Larouche fassent le point. GYM ne dément pas, mais affirme du bout des lèvres que le combat contre Chad Dawson doit toujours être «réglé» (lire : annulé ou reporté) avant.

C’est là tout le problème.

Gary Shaw, de Gary Shaw Productions, qui dirige Chad Dawson, n’est pas très content. Il est même fâché. C’est que, premièrement, il a contrat qui dit que son protégé doit affronter Jean Pascal le 25 mai. En fait, ce combat devait avoir lieu en mars, mais comme Pascal s’est (encore) blessé à l’épaule contre son mauvais adversaire polonais à son dernier combat, Shaw a gracieusement accepté d’attendre Groupe Yvon Michel et repoussé le combat en mai, ce qui ne dérangeait pas non plus à HBO.

On songerait à agrandir le Stade olympique pour ce combat...

On songerait à agrandir le Stade olympique pour ce combat…

Deuxièmement, ce gala sur HBO appartient à Dawson, et pas à Pascal. C’est une date réservée pour Gary Shaw Productions que HBO a accepté de déplacer, et pas le contraire. Si Bute et Pascal veulent se battre sur HBO, au moment où vous lisez ces lignes, ça ne sera pas le 25 mai.

Finalement, Shaw a été catégorique lorsque nous lui avons parlé hier : jamais il n’acceptera de céder sa place. GYM lui a déjà offert une somme importante (600 000 $) pour lui demander de céder la finale et que Dawson choisisse l’adversaire qu’il veut pour la demi-finale. Shaw est en furie. Il a été bon prince d’attendre Pascal et maintenant, il estime que Michel lui joue dans le dos.

Finalement, ce combat est aussi sûr d’avoir lieu que les Coyotes déménagent à Québec…

Notre texte sur cette affaire qui résume pas mal le joyeux monde de la boxe et ses sbires ici.

Le CH, Don King, Cain, les Alouettes…

Beaucoup de nouvelles cette semaine, mais aussi beaucoup de divertissement !

Pour l’instant, les Nordiques, ce sont eux.

D’abord, le Canadien a annoncé l’embauche de Martin Lapointe, Patrice Brisebois et Sylvain Lefebvre afin de donner un coup de main au personnel des joueurs et aux Bulldogs dans le cas de Lefebvre. Le nouveau d.g., Marc Bergevin, tient parole avec ces embauches de francophones, mais la question qu’on peut se poser, c’est comment l’équipe faisait pour fonctionner avant ? Tous ces postes qui n’étaient pas occupés, est-ce que c’était pour ça que l’équipe faisait si mal ? Nous le verrons très bientôt…

Bergevin nous a aussi indiqué que le téléphone ne sonnait pas pour son troisième choix au total de la prochaine séance de repêchage. Aussi bien se faire à l’idée et ne pas rater son coup alors !

Et le dossier des «pas» Nordiques a aussi bougé. Le Goldwater Institute, cet organisme de défense des droits des citoyens, a officiellement poursuivi la ville de Glendale afin de faire invalider l’entente approuvée pour donner 17 millions $ US par année pendant 20 ans au groupe de Greg Jamison pour administrer l’aréna dont il garderait évidemment les profits. Pendant ce temps, on apprend que le milliardaire Steve Ballmer, chef de la direction de Microsoft, fait partie du projet visant à construire un aréna à Seattle et y ramener la basketball de la NBA et par la fait même, une formation de la LNH.

Pendant ce temps, à Québec, le maire Labeaume a appris que son entente avec Quebecor tenait la route, mais il se trouve toujours avec «pas de club». Ça va faire un bel aréna pour le spectacle résident de Star Académie en tout cas…

Voir Don King et mourir

Nous avons été frappés de plein fouet cette semaine par la tempête Don King ! Tout le monde connaît un peu le personnage, mais de le voir en personne, c’est quelque chose, comme dirait Mario le Magnifique.

Âgé de 80 ans, le vénérable promoteur est tout sauf un idiot et ses pitreries sont calculées. Après avoir amadoué la foule, il vend sa salade. Non seulement il pourrait vendre un réfrigérateur à un Eskimau, probablement qu’il lui ferait prendre une cargaison de poissons congelés payée en 36 versements.

Mercredi, King n’a cessé de ponctuer la conférence de presse de «Oh oui !» et de «C’est fantastique !», en plus de commenter les laïus de chacun. Vraiment, on n’a pas couvert la boxe tant qu’on n’a pas couvert un événement avec Don King. Mon texte sur l’occasion. On a déjà hâte à la semaine précédant ce combat Cloud-Pascal !

Un deuxième match parfait

Cain, en route vers Perfectland. Population: 22.

Le partant Matt Cain, des Giants de San Francisco, a réussi le deuxième match parfait de la saison et le 22e dans l’histoire du Baseball majeur, mercredi.

Cain a non seulement muselé les 27 frappeurs à lui faire face, il en a retiré plus de la moitié sur des prises, ajoutant 14 «K» à sa fiche au passage. Ces 14 retraits au bâton égalent la marque de Sandy Koufax pour le plus grand nombre dans un match parfait.

Les Giants ont battu les Astros 10-0 pour l’occasion et Cain a bénéficié du spectaculaire catch du voltigeur Gregor Blanco, qui est allé cueillir en plongeant un long ballon dans ce qui est connu comme le «Triple Alley» du champ centre du AT&T Park pour inscrire le premier retrait de la septième.

Cain a aussi participé offensivement: il est l’un des six lanceurs à avoir frappé un coup sûr dans son match parfait et le seul à ce jour à avoir marqué. Ses 125 tirs sont également le plus haut total pour les 19 matchs parfaits dont le décompte de lancers est connu.

Le collègue de La Presse Vincent Brousseau-Pouliot (@vincentBP) se trouve à San Francisco. Il ne devait pas assister au match, mais il a décidé de changer ses plans pour y être. L’une des bonnes idées de sa vie d’amateur de sports, c’est certain !

Lent départ pour les Alouettes

Les Alouettes amorceront leur saison à la fin du mois et c’était le temps pour le premier match préparatoire de la saison, hier, une défaite de 22-10 contre les Blue Bombers de Winnipeg.

Rien de dramatique: plusieurs réguliers n’étaient pas en uniforme et malgré la défaite, quelques joueurs ont été en mesure de se signaler, notamment les demis Noel DEvine, Garrett Wolfe et Victor Anderson, tout comme le secondeur Rod Davis.

Mais d’autres ont échoué à la tâche et pourraient faire partie des premières coupures. Mon texte là-dessus.

En fait, le fait saillant de la rencontre a été l’hommage rendu aux Expos de Montréal de 1981 à la mi-temps. Un beau moment de nostalgie (encore une fois, dirons certains). Assurément LE meilleur show de la mi-temps de l’histoire des Alouettes en tout cas. Sans blague.

Inquiétante et décevante défaite

Ouch ! Dire que Lucian Bute a mangé une volée face à Carl Froch samedi soir tient de l’euphémisme.

Le Québécois d’origine roumaine a été dominé, malmené, maltraité. Le genre de défaite qui donne bien du poids aux propos de Froch, qui dit depuis l’annonce de ce combat que Lucian ne s’est jamais frotté à l’élite. Propos auxquels Bute donne du poids en disant : «Je n’étais pas prêt pour ça»*.

Ceci n’est pas l’image que les Québécois souhaitaient voir samedi soir…

Ici, aux quartiers généraux de Chips ! Peanuts ! Cracker Jack !, nous sommes des amateurs de boxe frustrés ce matin. Et fâchés.

Nous sommes fâchés envers Interbox et GYM pour nous avoir fait croire que leurs boxeurs faisaient partie de l’élite mondiale. Et attention ici : nous ne disons pas que Bute ou Jean Pascal ou David Lemieux est pourri. Mais nous sommes obligés de constater que les boxeurs de ces deux écuries sont surprotégés et quand vient le temps de se frotter à l’élite, ils ne font pas le poids.

Pascal a livré un nul et subi une défaite contre Bernard Hopkins. Il avait aussi perdu contre Froch en 2008, mais s’était rendu à la limite. Bute vient d’être terrassé par Froch. Lemieux, meilleure invention depuis le pain tranché selon GYM à l’époque, s’est couché devant Marco Antonio Rubio après avoir remporté 24 de ses 25 premiers combats par K.-O.. Combat suivant ? Défaite par décision contre Joachim Alcine.

Mais soyons justes : Pascal a battu Chad Dawson. Le combat a été arrêté en raison d’une vilaine coupure de Dawson au 11e, mais les trois juges avaient Pascal en avance. Bute a battu Glen Johnson… à 42 ans, alors que ce dernier venait de subir trois défaites à ses six derniers combats. Adonis Stevenson, chez GYM, semble être sur une belle lancée. Mais lui aussi, ses deux derniers adversaires étaient supposés lui donner du fil à retordre. Il les a liquidés en trois rounds. Au total. Jusqu’à preuve du contraire, il demeure suspect lui aussi.

Souhaitons que Bute saura se relever et reprendre un titre mondial contre un boxeur hautement classé. Souhaitons que Pascal batte Tavoris Cloud au mois d’août prochain. En fait, nous souhaitons énormément de succès aux boxeurs québécois. Mais la défaite d’hier a laissé un goût très amer dans notre bouche.

***AJOUT : Carl Froch ne croit pas qu’il y aura un combat revanche. Il croit même avoir mis fin à la carrière de Lucian Bute. Point de vue qui se défend, présentement…

Les Devils nous font mentir…

Bon. Les Devils en six matchs, ça nous fait un peu mentir pour notre incroyable prédiction de grande finale de la Coupe Stanley. Tout de même, on ne peut pas dire que nous soyons très déçus de voir Martin Brodeur se pointer en finale !

Et le New Jersey, c’est à côté de Manhattan… La LNH ne doit pas être si déçue que ça…

Kings en 6. Avec cette victoire des Devils, nous sommes 6 en 14 pour les présentes séries.

* Citation tirée du compte rendu de Gabriel Béland (@gabrielbeland) sur cyberpresse.ca

Méli-mélo du mercredi

Amis lecteurs, nous savons que nous vous avons négligés au cours des derniers jours. Sachez que ce n’est pas par manque d’envie, mais bien par manque de temps. Les prochaines semaines risquent d’être toutes aussi chaotiques, mais n’ayez crainte: nous ne vous abandonnerons pas !

Plusieurs choses se sont passées depuis vendredi dernier, alors allons-y en rafale !

Pourquoi Emelin ?

Pourquoi est-ce Alexei Emelin qui a écopé lors du retour au jeu de Chris Campoli hier soir ? Pourquoi le Canadien se prive-t-il de son seul défenseur qui frappe, qui dérange l’adversaire ? Dans les yeux de Jacques Martin, Emelin a le pire des défauts:  l’inexpérience.

Pour JM, ce qu'on fait sur la glace ne compte pas toujours, demandez à Emelin...

Ce coach-là rempli sa feuille d’alignement en regardant le nombre de matchs joués en carrière en premier. Alors les 399 de Campoli pèsent lourd contre les 22 d’Emelin.

Et question de s’assurer d’avoir raison, il a fait jouer Emelin du côté où il est le moins à l’aise samedi dernier contre les Devils pour pouvoir nous dire «qu’il a connu un match difficile». Un fin renard ! Bien joué Jacques !

Puis l’équipe progresse tellement bien sous Jacques Martin…

,618

Il faut rendre à César ce qui lui revient: le Canadien a amassé des points à ses quatre derniers matchs et ces deux victoires d’affilée lui donnent maintenant 33 points en 31 matchs, suffisant pour le… 9e rang dans l’Est ce matin.

Vous l’aurez compris, c’est pour ,618 qu’il doit jouer d’ici la fin de la saison pour atteindre son objectif 96 points. Nous n’y croyons toujours pas. Rappelons que le Canadien est toujours un mauvais club à 13-18…

Pierre Houde, dans un élan d’enthousiasme ou de lèche-bottes face au Canadien, s’est demandé hier: «Ma parole, est-ce que nous verrons une équipe avec moins de 90 points…». Il a lui-même laissé sa question en suspend, réalisant toute la stupidité qu’elle contenait. Il n’y aura pas d’équipe à moins de 90 points en séries, privant ainsi le Tricolore d’une autre porte arrière par laquelle il aime bien se faufiler.

Tomas Kaberle !

Là aussi, il faut rendre à César ce qui lui revient: le toit de Pierre Gauthier coule beaucoup, mais c’est un fin «patcheux» de toit ! Après Marc-André Bergeron et James Wisniewski, Gauthier a dégoté Tomas Kaberle !

Cette transaction a soulevé un tollé instantanément vendredi dernier. Pour notre part, nous estimons qu’elle est brillante à court terme, stupide à long terme.

Avec déjà trois points en deux matchs, Kaberle semble vouloir donner raison à Gauthier: il permettra au CH d’engranger des points maintenant, de réveiller son attaque à 5 et de probablement sauver le cul à Gauthier et Martin.

Mais à long terme, son salaire de 4,25 millions $ pour les deux prochaines saisons prive le CH de gros sous. Est-ce que l’arrivée de Kaberle signifie le départ de Gorges à long terme ? C’est là que ça pourrait faire mal.

On ne montre pas à un vieux singe…

David Lemieux a appris à ses dépens toute la profondeur de cet adage face à Joachim Alcine, samedi.

Non seulement Alcine a livré le combat de sa carrière, mais il a joyeusement mis des bâtons dans les roues de Lemieux Et de Groupe Yvon Michel avec cette victoire très méritée (nous avions Alcine vainqueur, mais par deux points sur notre carte. Il a gagné par quatre pour deux juges, combat nul pour l’autre.)

Soit David Lemieux n’a pas encore compris, soit il n’est pas aussi bon qu’on tente de nous le faire croire chez GYM.  Plusieurs de nos contacts dans le domaine du noble art nous disent qu’il faut privilégier la deuxième option…

Au moins, ça ferait un nouvel adversaire pour Sébastien «Double Trouble» Demers. Lui aussi était promis à dominer mer et monde il n’y a pas si longtemps…

Les Packers !

Après avoir disposé des Giants de New York la semaine précédente, les Packers ont déchiqueté les Raiders d’Oakland la semaine passée et sont maintenant à 13-0. Ça sent la saison parfaite et le repeat !

Derek Jeter ?

Enwoye dans l'char, maudite chanceuse !

Bon. On aime beaucoup Derek Jeter. On l’adore, même. Mais cet article du New York Magazine nous laisse perplexe…

Jeter, fin gentleman, offrirait le service de limousine pour retourner ses conquêtes chez elles au petit matin. Beau geste. Quand même de la classe. Où on accroche, c’est le panier de goodies qu’il laisse dans l’auto à l’intention de la dame en question, avec des items autographiés, question de laisser un souvenir indélébile de la «Jeter Experience».

On souhaite que ce ne soit que de vulgaires ragots…