Chassez le naturel…

…et il revient au galop.

Il ne fallait donc pas s’inquiéter, amis lecteurs, de voir le Tricolore remporter quelques succès la semaine dernière, puisque comme le veut l’adage, il est rapidement retombé dans ses bonnes vieilles habitudes !

On se rapproche tranquillement...

Après ce gros point amassé à domicile, le Canadien a, devinez quoi ? Perdu du terrain sur la huitième place ! Car les Maple Leafs ont gagné, eux, en prolongation à Edmonton ! Ce qui fait que nos amis du CH se retrouvent ce matin en 12e place, à huit points de la huitième (trouvez pas qu’on fait du surplace quant à l’écart depuis deux semaines, peu importe les victoires ?), mais plus important, il est aujourd’hui bien campé en 24e place du classement général, à une petite place du tirage au sort pour le premier choix !

Un mot, trois lettres, une syllabe : yes !

N’en déplaise à ceux qui souhaitent voir le Canadien se battre jusqu’à la fin, nous réitérons notre ardent désir de voir M. Gauthier distribuer les vétérans et les gros salaires à gauche et à droite afin de voir l’équipe piquer du nez pour mieux remonter… à compter de l’an prochain ou la saison suivante.

Pas un très bel esprit sportif

Partisans du Canadien, je ne veux plus jamais vous entendre si, lors d’un match sur une patinoire adverse, l’un de vos joueurs est blessé et que la foule applaudit. L’ovation offerte quand Zdeno Chara a reçu une rondelle en plein visage en fin de première jeudi était non seulement déplacée, mais démontrait un manque total à la fois d’esprit sportif et de savoir-vivre. En plus de nous faire passer pour une belle bande d’arriérés mentaux sur un grand réseau américain.

De la grande classe.

Heureusement, Chara n’a été que coupé au menton. S’il avait laissé un oeil sur la patinoire, est-ce qu’on aurait organisé un festival annuel pour souligner l’événement ? Peu importe que ce soit Chara, Patrice Bergeron, David Krejci ou Benoit Pouliot, que vous le détestiez ou pas, ces joueurs ne jouent pas pour blesser ni se faire blesser, quoi qu’on puisse en penser.

Alors pas un mot si un de vos gars est applaudi après avoir été blessé, compris ?

Le braillard de Brian Ching

Alors finalement, Brian Ching aura eu gain de cause. Le Houston Chronicle rapporte ce matin qu’une entente de principe survenue tard mercredi soir permettra au premier (PREMIER) choix de l’Impact au repêchage d’expansion de retourner terminer sa carrière à Houston.

Rappelons que le Dynamo n’avait pas protégé Ching au repêchage d’expansion, croyant que son salaire assez élevé ferait peur à l’Impact, qui a démontré qu’il était prêt à mettre le prix pour des joueurs de talent en le réclamant. Le monsieur, pas content, s’est mis à brailler, prétendant qu’il prendrait sa retraite au lieu de venir à Montréal (ben oui! En laissant sur la table quelques dizaines de milliers de dollars !). Il en a remis dès le premier entraînement en sol montréalais, en disant aux journalistes sur place que son désir le plus cher était de retourner au Texas dès l’an prochain.

Le Dynamo a gamblé et a perdu dans ce dossier, mais ne paie pas le gros prix pour son erreur. Maintenant, au lieu d’un joueur pouvant l’aider tout de suite, l’Impact se retrouve avec un choix au repêchage en 2013. (**Mise à jour: choix de deuxième tour, 1er tour si Ching joue 20+ matchs.) Je n’ai pas suivi la MLS l’an dernier. Le Dynamo sera-t-il poche à ce point cette saison que ce choix en sera un bon ?

Pourquoi Ching le Braillard devrait gagner dans ce dossier ?  Et pourquoi l’Impact s’est-il entêté à le repêcher s’il n’obtient rien de mieux qu’un choix ? Le but d’un repêchage d’expansion est justement de choisir des joueurs pouvant t’aider maintenant. Ou simplement, pourquoi avoir gaspillé un premier choix sur Ching ?

Lui, amis lecteurs, vous aurez droit de le huer quand le Dynamo viendra au stade Saputo…