Le fantôme du bon Jacques

Il y avait un intrus lors de ce quatrième match entre Canadien et les Sénatristes. Alors que le club a dominé les deux premières périodes et menait 2-0, le fantôme du Bon Jacques est apparu dans le vestiaire de Canadien et a ensorcelé ses joueurs.

Le fantôme du Bon Jacques leur a jeté le sort de «Joue-sur-les-Talons» en se frottant les mains et en riant dans sa barbe !  Canadien s’est alors mis dans la tête de reculer, donner la zone neutre aux Sénatristes et tenter de protéger son avance de deux buts pendant 20 minutes au lieu de faire ce qui l’a si bien servi cette saison : forcer l’adversaire à faire des erreurs avec sa vitesse.

Des témoins ont affirmé avoir entendu une voix caverneuse crier «Dump and Chase» et «Backcheck! Backcheck!» aux quatre coins de la Place Banque Scotia, mardi...

Des témoins ont affirmé avoir entendu une voix caverneuse crier «Dump and Chase» et «Backcheck! Backcheck!» aux quatre coins de la Place Banque Scotia, mardi…

Alors ce qui devait arriver (et qui arrivait tout le temps quand le Bon Jacques était là) arriva : après 12 minutes d’inepties totales, Canadien a donné un premier but. Oui, amis lecteurs, vous nous direz qu’il aurait dû être refusé. Vous avez raison. Mais dans la Ligne nationale des séries, les règles sont aléatoirement appliquées et Zibanequequechose n’a pas fait un mouvement pour diriger la rondelle, selon les sbires de la LNH. (J’ai bien hâte de les voir annuler un but pour cette raison après la décision qu’ils ont rendue hier, by the way…)

Mais le fait demeure que le jeu menant à ce but s’est passé à 6 pouces du filet de Carey Price. Puis, avec quelques secondes à faire, Ottawa a créé l’égalité. Le toit s’est ensuite effondré sur Canadien quand Price s’est blessé. Tous ses détracteurs qui souhaitaient voir Peter Budaj risquent d’être servis. Mais ils comprendront rapidement pourquoi il n’a jamais connu de succès en carrière comme gardien no 1. Avant de s’amener dans le match d’hier, il avait une grosse expérience de 116 minutes en séries en carrière.

Peter Budaj est un excellent second. Il n’est pas un no 1. Ça veut donc dire que la super saison de Canadien, deuxième dans l’Est et premier dans la Nord-Est, se terminera fort probablement après 5 petits matchs éliminatoires. On repassera pour la fièvre du printemps, qui n’est jamais venue, d’ailleurs.

Peut-être qu’on aurait dû affronter Toronto, finalement ?

Une fois tout cela terminé, il faudra aussi songer à se trouver un vrai centre no 1. On se répète : David Desharnais ne peut pas occuper ce rôle à plein temps. Les 6 dernières semaines l’auront grandement prouvé, alors que le reste de la ligue semble avoir trouvé comment le contrer. Il est pitoyable en séries,  n’ayant amassé qu’une aide et effectué un tir, tous deux hier. Mais il est loin d’être le seul à blâmer ! Max Pacioretty est affreux, Andrei Markov, exécrable. Pacioretty a probablement la défaite de jouer blessé, mais il faut alors se poser la question : est-il préférable de faire jouer des gars à 50 % ou des gars moins talentueux à 100 % ?

En attendant, à Marc Bergevin et Michel Therrien de s’assurer que le fantôme du Bon Jacques disparaisse…

****

Sinon, bien, nos prédictions ne se portent pas trop mal ! Êtes-vous surpris ? Nous un peu !

Bon, les Canucks ne gagneront pas en 7, mais que voulez-vous ? C’est probablement un cas de changement d’entraîneur à Vancouver… Et de structure offensive, et de gardien no 1, et… et… Avez-vous vu les jumeaux Cédille dans cette série ? (Un confrère les surnomme Thelma & Louise ! Je la trouve très drôle !). Luongo, Schneider, Luongo, Luongo, Schneider, Schneider… Trouvez pas que le niaisage a assez duré ?

Je vais vous dire un endroit où Luongo serait très apprécié présentement : Pittsburgh ! Fleury est en train de s’assurer qu’on le sorte de la ville en plumes et goudron avec sa performance actuelle. S’il fallait que les Islanders éliminent les Penguins, ça pourrait être la fin pour lui.

Les Penguins se sont mis all-in pour ces séries avec toutes leurs transactions. Présentement tout fonctionne, sauf Fleury.

De l’importance de faire de la place aux jeunes…

Levez la main ceux qui croyaient que le Tricolore allait gagner trois de ses quatre premiers matchs de cette saison écourtée. Arrêtez de mentir !

Et avouez donc : en apprenant que Max Pacioretty allait rater le prochain mois, combien d’entre vous ont jeté la serviette ?

Personne ne pourra vous en blâmez. La tentation était grande : avant d’affronter les Devils, on ne peut pas dire que le CH avait affronté des puissances de l’Association Est. Que vous appréhendiez cette rencontre contre les finalistes la Coupe Stanley sans votre meilleur joueur de la dernière campagne était tout à fait normal.

Un coach du Canadien qui fait confiance aux jeunes. Il était temps... (Photo : PC)

Un coach du Canadien qui fait confiance aux jeunes. Il était temps… (Photo : PC)

Vous vous êtes fait répéter ad nauseam qu’il sera important de connaître un bon début de saison dans ce calendrier écourté et qu’il faudra éviter les mauvaises séquences, et bien le Canadien l’a, son bon début de saison et il a su éviter la mauvaise séquence après un départ en canard boiteux contre les Maple Laughs.

Loin de nous l’idée de scander trop rapidement que le CH est «arrivé», mais il faut lui rendre ce qui lui revient : il connaît un début de saison intéressant. Les jeunes Galchenyuk et Gallagher vont bien (d’ailleurs, Michel Therrien les utilise très bien; rarement ils paraissent mal sur la glace); non seulement le genou de Markov tient-il, mais il tient longtemps ! Le défenseur a été utilisé 29 minutes dimanche. Vingt-neuf minutes ! Si vous aviez des doutes, j’espère que vous n’en avez plus. Et c’était son quatrième but de la saison, son troisième gagnant. Ce n’est pas encore Patrick Marleau, mais c’est pas mal mieux que ce que bien des partisans prévoyaient pour lui cette saison…

Déjà, samedi prochain, on arrivera au quart de la saison, où les premières vraies analyses des équipes se font, autant du côté des médias que par la direction des clubs. Il sera intéressant de voir où le Tricolore en sera et si la perte de Pacioretty est suffisamment lourde pour que Bergevin soit déjà obligé de bouger.

Autre chose à surveiller également cette semaine, particulièrement mercredi, s’il a joué mardi, c’est ce que le CH compte faire avec Alex Galchenyuk. La recrue, qui vient de connaître son premier match de deux points, connaît un début de saison plus qu’intéressant, mais mercredi serait le fatidique sixième match de sa jeune carrière, celui qui ferait en sorte qu’il ne voit plus jamais un autobus d’équipe junior de sa vie. S’il continue de s’imposer, Therrien et Bergevin n’auront d’autre choix que de sacrifier une précieuse année de la carrière de Galchenyuk sur cette demi-saison.  Le Canadien vient d’annoncer que Galchenyuk et Gallagher demeureront à Montréal. On est donc à des années-lumière de l’ancienne organisation.

C’est d’ailleurs ce qui est selon nous le plus intéressant dans ce début de saison : les jeunes espoirs du Tricolore ont la chance de faire leurs preuves, de se tailler une place. Ce n’est pas avec le bon Jacques Martin qu’ils auraient pu faire cela. Est-ce que finalement, on aura découvert que les problèmes du Canadien des dernières années se trouvaient davantage derrière le banc que sur ce dernier ? Ce n’est pas comme si on ne vous avait pas dit que le Bon Jacques était le pire coach de 1300 matchs de l’histoire de la ligue…

Cette fois c’est vrai !

Andrei Markov est revenu au jeu ! Bon, ce n’est pas encore le bon vieux Andrei qui pouvait aspirer à être finaliste au Norris à peu près à tous les ans, mais quand même, c’était bien meilleur que Chris Campoli !

L'homme de peu de mots est de retour là où il s'exprime le mieux : sur la glace ! (Larry MacDougal, Presse Canadienne)

Faudra peut-être faire son deuil du Andrei-qui-peut-être-finaliste-au-Norris, mais même avec ses petites hésitations, le Andrei Markov qu’on a vu samedi, on le prend n’importe quand dans notre club. Imaginez à quel point Alexei Emelin se développerait à ses côtés ! Même Tomas Kaberle aurait une bonne saison à jouer avec lui tout le temps !

Quand il retrouvera son coup de patin (même sans le retrouver au complet), il sera redoutable et le Canadien sera un bien meilleur club. Offensivement, il ne semble pas avoir rien perdu. Avez-vous vu sa passe de 1347 pieds à Max Pacioretty ? Adossé à la bande derrière son filet, il a trouvé la palette de l’ailier gauche du Canadien presque trois zones plus loin une fraction de seconde après s’être levé les yeux. POW ! Et celle sur le but de Pernell Karl Subban (c’est tu l’fun dire son nom au long lui ?!) ? L’avantage numérique du Tricolore ne traînera pas dans les bas-fonds de la ligue l’an prochain…

(C’est chien de dire qu’à ce rythme-là, Markov va finir l’année avec plus de points que Gomez ? OK, on va attendre d’abord…)

Parlant du bon P.K., est-ce possible que le Canadien ne rhabille plus jamais son mauvais frère jumeau qu’on a vu en première moitié de saison ? Celui qui ratait le filet à 15 pieds, qui passait son temps à prendre de mauvaises punitions et à réveiller l’adversaire ? Quel revirement de situation ce jeune homme a-t-il réussi. Depuis près de deux mois, il est l’un des meilleurs joueurs du Canadien avec Desharnais, Pacioretty, Cole et Emelin. Au début janvier, si notre mémoire est fidèle, P.K. était le pire joueur du Canadien côté différentiel (-14 si on se rappelle bien). Il est maintenant à +1. C’est tout dire.

(Kaberle, qui a au moins le mérite de produire offensivement, est à -20 et l’enrageant Rene Bourque, à -18. En 25 matchs avec le Tricolore, il est -15. En voilà un qu’on va détester longtemps…)

C’est pas pour nous vanter…

Mais pouvez-vous nous dire quelle équipe Peyton Manning a visité en premier après avoir été libéré par les Colts ? Les Broncos de Denver ! Quel était notre feeling dans ce billet du 2 février dernier ? Merci beaucoup !

C’est parti pour l’Impact

Voilà ! L’Impact a fait ses premiers pas dans la MLS !

Ouin. Faudra pas oublier que c’est un club d’expansion, n’est-ce pas, tout le monde ? Et qu’il n’a pas beaucoup d’attaque pour l’instant. Alors des erreurs comme en début de match, si le gardien ne fait pas de miracles, ça va souvent fermer les livres de bonne heure.

J’imagine que le club gardait le premier but pour son premier match à Montréal, ce samedi ? Nous sommes persuadés que le club saura offrir un meilleur spectacle cette saison que ce qu’il a offert contre les Whitecaps, mais vivement l’arrivée du joueur-désigné-mystère !

En tout cas, nous sommes tout de même bien heureux d’être de ce premier match historique à Montréal ce samedi !

Comment honorer la mémoire de Gary Carter ?

Maintenant que tous les hommages ont été rendus et que tous les souvenirs ont été ressassés, comment peut-on faire pour honorer la mémoire de Gary Carter à Montréal ?

Le conseil municipal s’est engagé formellement, hier, à lui consacrer un lieu public ou une rue. Au cours des jours suivant sa mort, plusieurs opinions ont été émises, que ce soit sur les médias sociaux ou ailleurs.

La Régie des installations olympiques a déjà indiqué qu’elle trouverait un endroit après les rénovations pour honorer sa mémoire. Ce serait vraiment le lieu approprié. Même que le Stade olympique aurait pu devenir le stade Gary-Carter. Le seul hic, c’est qu’on ne fait plus de sport aux installations olympiques, mis à part une compétition de plongeon de temps en temps.

(On ne peut pas nommer la piscine en l’honneur de Carter : avez-vous déjà vu une seule fois Carter les cheveux trempés ou dépeignés dans sa vie ? Voilà !)

Une rue, comme nous l’avons vu avec l’avenue du Parc que l’on a voulu renommer en l’honneur de Robert Bourassa, ça peut être compliqué. Ça implique beaucoup de dépenses pour les commerces qui y sont situés et ça peut créer une confusion (chez les simples d’esprits, probablement). C’est certain que ce serait beau de voir le boulevard Pie-IX transformé en boulevard Gary-Carter. Mais avouez qu’au coin d’Henri-Bourassa, dans le nord, ça perd de son charme.

Non, je crois que la meilleure idée serait de renommer la station de métro Pie-IX en l’honneur du Kid. Non seulement, ça ne change rien pour les commerces environnants, mais ça permettrait de vraiment situer le lieu de ses exploits, créer un «landmark» où se souvenir de lui. On ajoute aussitôt une belle statue de bronze du Kid venant de frapper son dernier coup sûr et l’affaire est ketchup.

Avouez que vous auriez le goût de prendre le métro avec une statue de même...

D’un point de vue personnel, ça nous permettrait également d’enlever un des trop, trop nombreux reliquats de l’église catholique à meubler Montréal. Déjà qu’on a inventé des saints pour tous les noms de villages du Québec, l’église ne sera pas moins bien représentée si elle perd une station de métro… Après, on renomme le boulevard Pie-IX le boulevard de la XXIe-Olympiade et vraiment, la boucle sera bouclée pour ce coin de Montréal !

(À noter : j’aurais bien aimé penser en premier à la station de métro, mais je dois donner le crédit au maire de Montréal député libéral Denis Coderre et @danylavoie : ce sont les deux premières personnes dont j’ai vu en faire la mention sur leur compte Twitter.)

Markov du voyage !

Près de cinq mois après la date initiale de son retour au jeu, le défenseur Andrei Markov sera du voyage que le Canadien entreprendra après le match contre les Stars de Dallas (ou est-ce mercredi ?) pour affronter les Capitals et les deux clubs de la Floride.

Jusqu’à ce qu’il pousse trop à l’entraînement et qu’il ne voit son genou se remplir de liquide, c’est une semi-bonne nouvelle. Nous le croirons quand Michel Lacroix criera son nom en nommant la formation de départ. En attendant, ça demeure du fantastique pour nous que ce retour-de-Markov.

Moen indisponible

Le Tricolore a annoncé lundi que Travis Moen était indisponible pour la semaine en raison d’une mystérieuse blessure (les blessures sont toujours mystérieuses avec le CH…).

Non seulement, ça doit déranger les plans de M. Gauthier (Moen, avec la bonne saison qu’il connaît, devait attirer la convoitise dans la LNH), mais force est d’admettre qu’il est l’un des rares à donner son 100 pour cent soir après soir. Imaginez si Scotty Boy, Andrei le Ténébreux et Rene Bourque travaillaient aussi fort…

Parlant de gars qui travaille fort, nous, à Chips ! Peanuts ! Cracker Jack !, devons des excuses à Mathieu Darche. Après l’avoir sévèrement critiqué plus tôt cette saison, force est d’admettre que le bon Mathieu a non seulement son utilité, il s’est avéré un élément-clé du club.

Si l’équipe se battait pour les grands honneurs, il aurait tout un rôle à jouer. Peut-être aussi qu’il aura l’occasion de se battre pour la coupe Stanley sous d’autres cieux en raison de la qualité de son jeu des dernières semaines. Ce serait mérité.

À lire absolument !!

Oh là là ! Quel plaisir, quelle jouissance que la lecture de ce texte (proposé par l’ami @maximepaiement) sur les funsiders qui sévissent sur Internet et les médias sociaux et qui se croient être dans le secret des dieux.

Le nouvel attaquant du Canadien, selon les funsiders. Enough said.

Oui, oui, on parle de vous là, les @The_Creasy, @Eklund, @El_Cloun, @Deepthroat_CH et autres @HockeyInsiderr qui croyez tout savoir. N’importe qui qui a plusieurs heures de sa vie à perdre peut faire comme vous : il s’agit de nommer un gros nom d’une équipe en perdition, le lier à des rumeurs touchant les Leafs et le CH et d’ajouter 2-3 autres clubs pour faire beau. Vous faites ça à tous les jours en changeant les 2-3 autres clubs et voilà ! Quand il sera échangé au Minnesota, vous pourrez nous dire que vous nous l’aviez dit !

Si vous travaillez à l’interne, comme vous le prétendez, vous êtes caves de dévoiler les plans de vos patrons de la sorte. Si vous êtes de la confrérie des médias, comme certains le disent, vous êtes caves de ne pas faire profiter vos lecteurs (et vos patrons) de vos informations.

Comme nous croyons que vous n’êtes ni de l’un, ni de l’autre, nous, à Chips ! Peanuts ! Cracker Jack ! en déduisons que vous êtes juste des caves illuminés.

Quand est-ce qu’ils arrivent à Montréal, Jarome Iginla et Rick Nash ? Maudite désinstitutionalisation…

R.I.P. Canadien

Jeudi, aux alentours de 21 h 45, est décédé le Club de hockey les Canadiens de Montréal.

Le décès a été constaté à 19:28 de la troisième, quand l’attaquant David Clarkson a poussé la rondelle dans un filet laissé désert.

À comparer de la saison qu'il vient de nous offrir, le navet «Pour toujours les Canadiens» serait presque supportable. Presque.

Le Canadien laisse dans le deuil des centaines de milliers de partisans, qui continueront quand même à lui donner des milliers de dollars par année en billets pour de mauvais spectacles, ainsi qu’en bières «flat» et nourriture trop chère. Le Canadien, même dans la mort, rit à gorge déployée en s’allumant un cigare avec votre argent.

Il laisse également dans le deuil l’entraîneur-chef Randy Cunneyworth, qui verra probablement sa carrière d’entraîneur-chef dans la LNH prendre fin en même temps que le calendrier.

Et le CH laisse aussi dans le deuil environ 759 journalistes, joueurnalistes et analystes de tout acabit qui ne sauront pas de quoi parler pour le reste de la saison. (Mais on peut compter sur eux pour nous parler du Canadien 12 mois par année quand même…)

Ce qu’il faut souhaiter cependant, c’est que le décès entraîne une grande purge au sein de l’organisation. Dehors Pierre Gauthier. Dehors Bob Gainey. Dehors Trevor Timmins et son équipe de dépisteurs. À la lueur des mauvais pronostics donnés cette saison dans les dossiers Markov et White notamment, le Canadien devra également songer à greffer de nouveaux membres à son équipe médicale. Du sang neuf ferait peut-être du bien là aussi.

S’il ne veut pas subir le même sort l’an prochain également, le Tricolore devra songer à se débarrasser de Scotty Boy Gomez qui, après avoir offert deux bons matchs à son retour au jeu, est depuis redevenu le joueur médiocre qu’il a été au cours des deux dernières années. Pour le bien du hockey à travers le monde, le Canadien devrait payer son salaire juste pour l’empêcher de fouler toute patinoire, même celle au coin de la rue chez lui. Mais pour le bien de l’Organisation, il doit racheter son contrat et investir judicieusement l’argent ainsi économisé…

Maintenant, le Canadien doit regarder de l’avant, repêcher des joueurs dominants, et accepter de souffrir une saison ou deux avec ces jeunes, question qu’ils se développent et deviennent de bons joueurs de la LNH.

Repose en paix, Canadien. Tu vas quand même nous manquer un petit peu.

On se revoit au camp en septembre, le coeur rempli d’espoir (d’illusions ?).

Philosophie à changer

Nous apprenions lundi qu’officiellement, le Bon Jacques, congédié il y a un peu plus d’un mois, demeurerait au sein de l’Organisation à titre de conseiller spécial à Pierre Gauthier (qui était lui-même conseiller spécial à Bob Gainey, qui est maintenant conseiller spécial à Pierre Gauthier…).

Le Bon Jacques (qu’on devait encore payer anyway, alors aussi bien le faire travailler pour nous) remplira des «missions spéciales» pour son ancien/nouveau/même patron à travers la LNH et, nous imaginons, ailleurs. Si par «missions spéciales», vous avez en tête s’introduire par effraction dans le vestiaire d’une autre équipe pour lui voler ses bons joueurs, nous vous arrêtons tout de suite. C’est le Canadien qui se fait voler habituellement, et pas le contraire (pour ceux qui seraient portés à nous traiter de mauvaise foi pour ce dernier fait, on vous redirige de nouveau vers l’article de Mathias Brunet, écrit plus tôt cette semaine…).

Ben non ! Pas ce Jacques Martin-là !

Nous comprenons que son salaire lui est dû est qu’à force de congédier des entraîneurs aux deux ans, la liste de paie s’allonge (on a fini de payer Claude Julien, au fait ? On blague !). Mais vous ne trouvez pas que ça fait plusieurs personnes du même moule qui prend le même genre de décisions ? Et vous ne pensez pas que, pour que le club change de philosophie, va falloir que Geoff Molson mette ses culottes à un moment donné et fasse table rase ?

Bon, le Bon Jacques a peut-être fait le maximum avec ce qu’il avait sous la main (comme François Gagnon semble nous le dire ici), mais c’est toujours le même gars sans imagination offensive et qui s’entêtait à faire jouer des vétérans finis (Cunneyworth fait pareil avec Gomez par contre…*) et des joueurs borderline Ligue américaine (l’excellent Tom Pyatt nous vient en tête). Le Canadien a assez donné de ce côté. Vous voulez vraiment qu’il aille «déceler» du talent pour le Canadien ? Celui qu’il a sous les yeux, s’il n’a pas joué 450 matchs dans la LNH, il n’est pas capable de le voir !

Non, faut changer de philosophie. Compris, Geoff ?

*(À la défense de Cunneyworth, Gomez joue bien depuis son retour.)

Ovechkin et le match des étoiles

Alexander Ovechkin ne se sent pas à l’aise d’aller au match des étoiles puisqu’il est sous le coup d’une suspension de trois matchs. Peut-être.

Question : sait-il que le nightlife de Hull est très bien et que Hull est juste l’autre bord de la rivière ? Car pour l’avoir vu de visu au Championnat du monde à Québec, en 2008, le nightlife est très important pour Alex…

Question no 2 : si le match a lieu à L.A., New York ou Montréal, pensez-vous qu’il rate ça ? Me semblait aussi…

La LNH a décidé de ne pas le suspendre pour un match supplémentaire, comme ça s’est déjà fait dans le passé. Pourquoi ? Après tout, c’est son gros showcase (avec le Winter Classic) aux États-Unis et auprès d’éventuels commanditaires…

Thomas et la Maison-Blanche

Oui, tous ces gens étaient venus pour Tim Thomas...

Tim Thomas se dit républicain et ne veut pas rencontrer le président Obama, qui a invité les Bruins à la Maison-Blanche cette semaine pour rencontrer les champions. D’accord ? Pas d’accord ?

Pffff !

Moi, je ne suis pas d’accord et j’aurais aimé que la LNH sévisse à son endroit. Car cet événement aussi se veut une belle vitrine pour elle. On peut ou pas être en accord avec le dirigeant d’un État, le fait est qu’il faut tout de même respecter la fonction.

Et puis, il s’agit d’un événement d’équipe ! Le président Obama n’a pas invité personnellement et de façon privée Thomas à venir prendre le thé avec lui !

Je trouve qu’en agissant de la sorte, Thomas a à la fois mêlé politique et sports (qui ne vont pas ensemble) et a jeté ombrage sur cette journée spéciale pour ses coéquipiers en attirant les feux de la rampe sur lui.

De là à dire, comme un certain journaliste hurluberlu l’a fait, qu’il est raciste et que c’est un partisans du KKK parce que le nom de ses trois enfants commencent par la lettre K, il y a un pas (que disons-nous? un canyon!) que nous ne franchirons pas…

 (Faut-tu être Kave avec un grand K pour dire des affaires de même à la radio ??? Qu’est-ce qu’on attend pour le barrer de toutes ondes, lui? J’ai honte que des gens pensent que comme moi, ce gars-là est un journaliste.)

Note aux professionnels républicains : le prochain qui décline l’invitation peut-il me la refiler ? J’irais bien faire le tour de la Maison-Blanche «derrière les cordons», moi !

Retour au jeu de Markov

Comme nous arrivons maintenant au week-end du match des étoiles, c’est avec fébrilité qu’aux quartiers généraux de Chips ! Peanuts ! Cracker Jack !, nous nous préparons au retour au jeu d’Andrei Markov !

Tel que promis par Pierre Gauthier plus tôt cette saison, la dernière intervention au genou du Meilleur-défenseur-à-avoir-joué-52-matchs-depuis-2009-2010 n’était qu’une petite formalité ne retardant en rien son retour au jeu.

Déjà, Markov patine avec ses coéquipiers depuis plusieurs sem…

(Oups !  On coupe et on garde pour une autre édition, probablement en septembre prochain…)

Enfin une victoire !

C'est un Palushaj abattu qui a encaissé la nouvelle. «Je m'y attendais pas», aurait-il même osé...

Le Canadien avait-il besoin de cette victoire contre les Kings de Los Angeles ? Je pense qu’on n’a pas idée à quel point.

Après quatre défaites d’affilée et la nouvelle opération au genou de Markov, ces deux points ont dû être accueillis comme la pluie après la sécheresse. Mais, pour faire l’avocat du diable un peu, est-ce que les Kings disent aujourd’hui qu’ils se sont butés à un gardien fumant pour expliquer leur défaite ? Puisque Carey Price a bel et bien été fumant dans ce match, particulièrement en première, au cours de laquelle il a essuyé le barrage de 14 tirs des Kings sans broncher.

Andrei Kostitsyn aussi a joué tout un match, marquant d’ailleurs le but gagnant sur une superbe séquence où ses compagnons de trio, Lars Eller et Louis Leblanc, ont obtenu des mentions d’assistance, un premier point dans la LNH pour Leblanc.

Parlant de Leblanc, le jeune loup a fait un bond de géant dans la hiérarchie du Tricolore, puisqu’au lieu d’être retourné à Hamilton avec le retour de suspension de Max Pacioretty, comme la logique pouvait laisser présager au moment de son rappel, c’est plutôt Aaron «Zzzzz» Palushaj qui a été retourné dans l’AHL. En voilà un qui est mieux de marquer 30 buts d’ici la fin de la saison, sinon ça sent la Ligue élite suisse.

L’inquiétant cas Markov

Cette victoire a sûrement aussi été un baume sur l’horrible – mais prévisible – nouvelle de la troisième opération au genou en 18 mois que devra subir Andrei Markov.

Je ne sais pas si vous avez entendu le point de presse de Pierre Gauthier avant le match (disponible sur canadiens.com), mais c’était très intéressant de chercher (et de facilement trouver) les éléments du message que voulait lancer l’équipe: intervention mineure, petits débris, Markov pouvait s’entraîner à part entière avec l’équipe, il allait très très bien, léger inconfort…

«Il n’y a rien de grave dans le cas de Markov, c’est seulement une intervention mineure et il ne ratera que trois semaines.» Ça c’est le message que l’on voulait qu’on entende et qu’on véhicule. Maintenant, ce qu’on doit vraiment comprendre, c’est que Markov ne jouera pas en 2011, que sa rééducation a subi un sérieux contretemps (bien oui, sinon, il aurait joué au cours de ce voyage !) et que ce pronostic de trois semaines d’absence pour une arthroscopie, c’est un minimum, rencontré habituellement quand on ne se fait pas reconstruire le genou deux fois en un an !!!

Alors dans ce dossier, le Canadien continue de prendre tout le monde pour des valises, mais il commence tout de même à admettre que le temps presse. Monsieur Gauthier a pour la première fois parlé de la possibilité d’aller chercher de l’aide à l’extérieur. Il refuse toutefois d’abandonner et d’inscrire le nom de Markov sur la liste des blessés pour longue durée, ce qui lui permettrait de libérer l’espace que son salaire moyen occupe sur la masse salariale de l’équipe.

Alors on attend. Mais si dans six semaines il ne revient toujours pas, on fait quoi ?

Question : qui va revenir en premier, Campoli ou Markov ? Ouch !

Enfantillages

Certains ont critiqué les médias dernièrement au sujet de leurs attentes face aux communications du Canadien, accusant au passage Don Meehan de ne pas se mêler de ses affaires.

À ces gens, nous répondons: il faut alors lire l’excellent texte de Marc DeFoy dans l’édition de samedi du Journal de Montréal.

Quand dans la même semaine un agent, à peu près tous les journalistes du beat et un columnist qui a suivi le club pendant près de 40 ans te critiquent de concert, faut peut-être que tu fasses une petite séance d’introspection.

Mais comme le Canadien se croit au-dessus de tout ça, je doute qu’il le fera.

,627

C’est le taux de succès que le Canadien doit maintenir pour rencontrer son objectif de 96 points.  C’est relatif le succès, hein ?