Ce sera 9 en 15 finalement…

Le miracle Boston n’aura finalement pas eu lieu. Les Blackhawks se sont avérés trop forts pour les Bruins et CPCJ! termine donc les séries 2013 avec une (très) respectable fiche de 9 en 15, mais seulement 1 en 3 à compter des demi-finales. Faudra retravailler ça un peu…

Les Blackhawks mettent ainsi la main sur une deuxième coupe en quatre ans et Marian Hossa prenait part à sa quatrième finale en six ans ! Ça remplit la définition de «money player», ça ? Les Bruins ne sont pas en reste, eux qui avaient gagné la coupe en 2011.

Bientôt dans un aréna près de chez vous? (photo: AP)

Bientôt dans un aréna près de chez vous?
(photo: AP)

Tout ça pour dire que lorsqu’une organisation est bien dirigée, la fenêtre d’opportunité peut demeurer ouverte un certain temps et les clubs ont alors l’occasion de bien faire sur une période plus ou moins longue. Regardez Pittsburgh. Regardez Detroit. Regardez L.A. qui va très bien depuis deux ans. Partisans du Tricolore, ne trouvez-vous pas que l’avenir s’annonce beau pour votre équipe ? Et Marc Bergevin dispose de six choix parmi les 85 premiers au prochain repêchage pour ajouter à ses jeunes joueurs de talent. (On repêcherait un gardien, au cas où les odeurs de José Théodore ne quittent pas Carey…)

Et le d.g. du CH pourrait vous réserver des surprises au cours des prochaines semaines : s’il a déjà dit que la solution ne se retrouvait pas sur le marché des joueurs autonomes, il n’a jamais dit qu’elle ne se trouvait pas dans une transaction. S’il a d’autre Cole-contre-Ryder-et-un-choix dans son sac, on les prend !

Vous serez rivés à votre écran pour le repêchage, dimanche ? Et les joueurs autonomes le vendredi suivant ? Souhaitons à TSN et RDS que leur émission spéciale de 196 heures sera mieux remplie que celles sur la date limite des transactions et des joueurs autonomes de l’an dernier…

Alouette, gentille Alouette…

La saison des Alouettes commence jeudi, à Winnipeg. Après une fin en queue de poison l’an dernier, c’est certain que l’équipe voudra rebondir. Mais est-ce que Dan Hawkins est l’homme de la situation ?

Les Alouettes ont besoin d'un Calvillo en santé, sinon...

Les Alouettes ont besoin d’un Calvillo en santé, sinon…

On ne peut pas se fier aux matchs préparatoires pour évaluer une équipe dans la LCF, mais il reste que Dan Hawkins n’a toujours rien gagné (et on vous rappelle qu’il n’a toujours pas dirigé un match chez les professionnels…). Alors il faudra se fier aux premiers matchs de la saison.

Oui, notre travail sera beaucoup plus amusant avec Hawkins qu’avec Trestman, mais c’est aussi toujours plus amusant de suivre un club qui gagne qu’un club qui perd, que ton coach soit le gars le plus drôle de la planète ou pas (re: Impact de Montréal, premiers de la MLS…). Alors nous souhaitons que Hawkins maîtrise rapidement le «3-minute Drill» et qu’Anthony Calvillo demeure en très bonne santé. Parce que chez les Alouettes, ce sera la même chose cette saison : l’équipe ira aussi loin que son quart no 1. Et elle n’a que deux no 3 pour le seconder.

On y va avec les Bruins… et maman Despatie

Un en deux en finales d’Association pour un total de 9 en 14. C’est pas le Pérou, mais si on jouait à Vegas et qu’on gagnait neuf fois sur 14, on ferait une jolie somme annuellement. Peut-être que si on convainc Douce, ça pourrait être notre nouvelle carrière…

Bon. Trêve de rêveries, faut choisir un gagnant pour la finale de la Coupe Stanley. Pour la façon dont ils ont complètement démantelé les Penguins, pour la force de caractère dont ils démontrent depuis le début des présentes séries, pour leur «secondary scoring» (avez-vous une traduction satisfaisante qui n’est pas longue d’un paragraphe pour exprimer cela, amis lecteurs?) et parce que nous aimons bien Claude Julien, qui est un fort chic type et un entraîneur pas piqué des vers, nous choisissons les Bruins. En 6.

Oh là ! Nous entendons déjà certains confrères grimper sur leurs grands chevaux et nous traiter d’hérétique de choisir les Bruins-qu’on-haït-tellement. À ceux-là je leur dis : descendez de vos grands chevaux sans vous faire mal, ce sera déjà ça. Faut appeler un chat un chat et les Bruins sont l’équipe la plus impressionnante des présentes séries.

Original 6, turbans et Maman Despatie

Peut-être l’ignoriez-vous, mais CPCJ! a déménagé ses quartiers généraux sur la Playa Bavaro de la Dominicaine république pour les prochains jours, ce qui fait que nous pouvons éviter tout le faux hype sur cette première finale entre ces deux équipes des «Original 6», expression tellement galvaudée, puisque la LNH est née avec des clubs qui ne faisaient pas partie de ces «Original 6», qui n’ont d’originaux que d’avoir été les six clubs d’avant la première expansion.

(Vous savez déjà que la «dernière» série opposant deux de ces clubs était la dernière coupe de Scotty Bowman à Montréal. Selon les Conservateurs, c’était en 1812, mais ils révisent un peu leur histoire. Passons.)

Et ce déménagement sur les sites du naufrage de la Black Pearl du Pirate des Caraïbes (chaque plage entre l’aéroport et l’hôtel s’en réclame) fait aussi en sorte qu’on évite toute la saga du turban sur les terrains de soccer.

Vous savez à quel point, à CPCJ!, nous abhorrons toute référence religieuse lors des manifestations sportives, comme si Dieu, s’il existait, en avait quelque chose à foutre que votre club gagne à la place de l’autre. Être Dieu, on aurait crissement plus d’affaires à s’occuper que de la finale Midget B de Chaudière-Appalaches, ou de la Ligue des Champions, à ce compte-là.

Mais conscients que nous vivons dans un monde imparfait, nous comprenons aussi que la religion soit au coeur des préoccupations des certaines personnes, dont quelques centaines de jeunes sikhs, qui désireraient jouer au soccer au Québec. Pas facile celle-là.

La situation a été rendue d’autant plus difficile que la directrice général de la fédération québécoise, Brigitte Frot, s’est drôlement mis le pied dans la bouche en disant que ces jeunes joueurs devraient jouer dans leur cour et pas dans un match fédéré. Hum ! Alors que nous pensions que le report, 48 heures plus tard, de la conférence de presse avait pour but de consulter les bonzes de National ou toute autre entité vous disant quelles sont les bonnes affaires à dire, il appert seulement que Mme Frot n’avait pas envie de parler aux médias un vendredi après-midi.

Elle attend la décision de la FIFA, qui interdit –pour l’instant– le port du turban. L’Association canadienne a décidé de suspendre la fédération québécoise. La FIFA ne reconnaît que les fédérations nationales. Le Québec a beau s’être doté d’une sélection «nationale« récemment, la province n’apparaît toujours pas au classement des nations de la FIFA. De quel côté penchera la FIFA, vous croyez ? Si vous répondez la FSQ, revenez quatre paragraphes derrière et recommencez.

Et CPCJ!, vous demandez-vous ? Nous aurions coupé la proverbiale poire en deux dans ce cas-ci: pas de turban aux niveaux compétitifs pour répondre aux règles internationales, mais si vous jouez pour l’Impact de Notre-Dame-de-Grâce contre le Real Lac St-Louis cette semaine, nous croyons que ça ne change pas grand chose que vous portiez le turban ou non.

Ce qui nous amène à Maman Despatie. Ça ne nous amène pas pantoute à Maman Despatie, mais on n’a pas encore eu le temps de vous en parler.

Le beau Alexandre a annoncé sa retraite la semaine dernière. Nous croyons sincèrement que ce fut le jour le plus triste dans la vie de Maman Despatie, qui poussait parfois Alexandre pour se retrouver dans la «shot» aux nouvelles. On exagère à peine… On pense qu’elle va aller l’encourager au bureau dans son nouveau travail… Connaissez-vous une seule autre maman d’un athlète québécois ?

Sincèrement, Alexandre Despatie a été un phénoménal athlète, qui a accompli de très grandes choses. Mais ne trouvez-vous pas, comme nous, que les quatre dernières années de sa carrière ont servi à placer son héritage, son «legacy» comme disent les Kazakhs ? Une dernière participation aux Jeux, une émission de télé, la retraite commanditée par McDo, la plogue de ses chums traiteurs, son partenariat avec la Société canadienne du cancer de la prostate le lendemain et son embauche par City TV (qui? quoi?) le surlendemain…

Un grand champion, sans aucun doute. Mais aussi un maître dans l’art du placement de produit, surtout quand ce produit aura été Alexandre Despatie.

****

Bon, ça suffit maintenant ! C’est que Mini-Douce veut absolument qu’on rejoue la scène où elle s’empare du bateau-pirate dans la pataugeoire en évitant savamment nos tirs de canons d’eau. Que voulez-vous, on sait être vraiment poche sur les canons d’eau quand on en retire des dizaines et des dizaines de rires à gorge déployée…

La LNH a le cul béni

Wow ! Si vous étiez aussi chanceux que la Ligue nationale, vous gagneriez à la loterie de façon régulière !  Tu ne peux pas avoir le cul plus béni que la LNH l’a eu lors du septième match Detroit-Chicago !

Après avoir passé la soirée au complet à ne pas appeler de punition sur des jeux qui avaient de l’incidence sur les actions du porteur de la rondelle ou de joueurs en position de marquer, l’arbitre Stephen Walkom (c’est dommage, ça arrive a un des meilleurs…) a pensé que ce serait bien d’appeler une double mineure à environ 50 pieds du jeu alors que les Hawks menaçaient avec un peu plus de 90 secondes à jouer.

Tout va très bien, à voir le sourire du commissaire...

Tout va très bien, à voir le sourire du commissaire…

Vous connaissez le résultat : les Hawks ont gagné, ça a été annulé, on a joué une prolongation et les Hawks ont gagné encore.  Mais, à 2 millions $ US de profits par match local, pouvez-vous imaginez la colère des dirigeants des Hawks s’il avait fallu que les Wings l’emportent ?  Comment ne pas poursuivre la LNH dans un cas comme ça ?

Ça fait partie du jeu direz-vous ? L’ennui, c’est que l’arbitrage est en train de le tuer, ce jeu.

Oui, la mémoire est une faculté qui oublie, mais cela fait plus de trente ans qu’on regarde du hockey, ici, aux quartiers généraux de CPCJ!, et on ne se rappelle pas d’une aussi mauvaise performance générale de l’arbitrage sur une aussi longue période. C’est dommage : ça se passe en séries, l’une de tes importantes vitrines pour vendre ton sport aux Américains. Ce que les Américains voient présentement (et les Canadiens, à ce compte-là), ce n’est pas beau.

Non seulement le livre des règles change de période en période, mais selon que c’est le match no 3 ou le match no 7. Plus la série avance, plus «les arbitres laissent les joueurs jouer» ! Quelle Connerie avec un grand C !

Laisser les joueurs jouer ?  Est-ce qu’aux Jeux olympiques, à l’escrime, on laisse un des épéistes marcher sur le tapis avec une hache à deux mains en finale pour la médaille d’or sous prétexte de le laisser jouer ?  Les lanceurs au baseball n’ont pas le droit de cracher plus sur la balle en neuvième qu’en première, pas plus en octobre qu’en mai. Et la meilleure (elle n’est pas de nous, nous l’avons lue sur Twitter) : les juges du «Spelling Bee», présenté sur ESPN aux États-Unis, n’en laissent pas passer une parce que c’est la finale…

Juge — «Épelez : pirogue.»

Compétiteur — «P-Y-R-H-O-G-U-E.»

Juge — «Correct.»

Commentateur anglophone au bord de l’orgasme — «Oh ! Les juges ont décidé de les laisser jouer ce soir !»

Et bien ça, amis lecteurs, c’est ce dont a trop souvent l’air le hockey de la LNH, dont l’arbitrage est le pire au monde. Même une ligue de garage, voire les arbitres de la MLS, font mieux que ça. C’est tout dire !

(Air connu de Passe-Partout) «C’est le cirque LNH, et tous ses numéroooooooos…»

*****

4 en 4 !!!!!!

En voulez-vous des prédictions ? En v’là !  Quatre en quatre au deuxième tour ! Viendrez nous dire ensuite que vous ne faites pas d’argent grâce à nous ! Ce taux de réussite nous donne maintenant un incroyable huit en 12 depuis le début des séries ! 66, 66666666666666666666666666666666666666666666666666666666666667 % d’efficacité, rien de moins !

Douce ! Fais rouvrir l’hypothèque : on s’en va à Vegas !

Maintenant, pour les finales d’Association…

Penguins-Bruins

Le miracle Vokoun tiendra-t-il une série de plus ? Ça reste à voir, mais si la défensive des Bruins ne retrouve pas quelques-uns de ses éléments blessés, difficile de croire qu’ils seront en mesure de stopper l’attaque des Penguins. Vous lirez beaucoup au sujet des émotions dans cette série : le retour de Jagr à Pittsburgh, Iginla-qui-ne-voulait-pas-jouer-pour-les-Bruins, Bartkowski (qui ?????) qui retourne «chez lui» à Pittsburgh… Tout ça, c’est de la foutaise et de la poudre aux yeux. Jagr est retourné 108 fois à Pittsburgh depuis qu’il a quitté; la saga Iginla n’existe pas et Bartkowski ne jouera peut-être pas. Méfiez-vous du «human interest».

Penguins en 6, à cause de Tuukka Rask.

Blackhawks-Kings

Les Blackhawks ont eu chaud face aux Wings et Jonathan Toews a l’air aussi endormi. Mais les trois victoires contre Detroit auront rappelé aux Hawks pourquoi ils ont été la meilleure équipe du circuit cette saison. Les Kings pourraient tout de même les surprendre si Jonathan Quick parvient à voler quelques matchs. Mais les Hawks ne sont pas les Sharks…

Blackhawks en 6.

Un mot sur l’embauche de Roy

Tout a été dit sur l’embauche par l’Avalanche de Patrick Roy à titre d’entraîneur-chef, vice-président exécutif des opérations hockey, directeur général des chauffeurs de zamboni, chef-traiteur du restaurant du Pepsi Center, maire de Denver et vice-président des États-Unis.

On voit Roy occuper un poste dans la LNH bien longtemps, ici, à CPCJ!

On voit Roy occuper un poste dans la LNH bien longtemps, ici, à CPCJ!

Ceux qui détestent Roy le détesteront toujours et ceux qui l’aiment ont tendance à pousser un peu fort, comme Réjean Tremblay qui titre qu’il est «un exemple de Québécois».

Nous, à CPCJ!, avons toujours adoré Roy, le gardien de but. Nous avons appris à aimer Roy, l’entraîneur-chef, qui s’est assagi après quelques frasques du type «stuff de junior». Nous le croyons assez intelligent pour adapter son style à la LNH, où nous croyons qu’il connaîtra beaucoup de succès.

De toute évidence, le type de pouvoir qu’il commandait était incompatible avec l’organigramme que tentaient de mettre en place Geoff Molson et Marc Bergevin chez le Tricolore. Bravo à tout le monde dans ce dossier qui s’en est rendu compte avant que l’expérience ne tourne au fiasco. Et bravo à l’Avalanche d’avoir une ouverture d’esprit qui leur permettra de tenter cette expérience assez nouvelle d’avoir un coach avec autant de pouvoirs.

Roy et l’Avalanche parleront premiers au prochain repêchage, qui s’annonce faste. Avec les Gabriel Landeskog, Matt Duchesne et autres Paul Stastny, l’Avalanche n’est pas trop mal prise côté belle relève. Le choix de cette année (ou les joueurs qu’il lui procurera si l’équipe transige) en fera un redoutable club dans un avenir pas si lointain.

Un wrap-up du wrap-up du CH…

Bon ! Maintenant que tout a été dit et redit, analysé et ré-analysé, c’est à notre tour !

Vous vous dites sûrement que vous en avez assez entendu parler de l’épicerie de Carey Price ? On vous répond que vous avez raison !

On reviendra tout de même brièvement sur le point de presse de Marc Bergevin et les déclarations de certains joueurs. Si vous le permettez. (Si vous ne le permettez pas, passez tout de suite à l’interstice suivant. Merci.)

Ça change de la face de carême de M. Gauthier, avouez ! (PC, Ryan Remiorz)

Ça change de la face de carême de M. Gauthier, avouez !
(PC, Ryan Remiorz)

D’abord, Marc Bergevin. Cet homme est un vent de fraîcheur incroyable pour les journalistes affectés à la couverture du Tricolore. Pas de bullshit, des réponses franches, honnêtes et teintées d’humour. Diantre que c’est rafraîchissant.

Ensuite, que c’est fascinant d’avoir l’heure juste. Les seules réponses auxquelles il refuse de répondre sont celles qui feraient en sorte qu’il étalerait sa stratégie auprès des autres d.g. et qu’il se peinturerait dans le coin. Sinon ? Tout est ouvert !

Allez-vous racheter Kaberle ? «Peut-être, mais faut regarder les autres options: peut-être qu’on peut l’échanger.»

Comment analysez-vous le jeu de Ryder ? «Overall, il nous a apporté beaucoup, mais en série, il a eu une baisse de régime, COMME BIEN D’AUTRES.»

Êtes-vous inquiet des déclarations de Carey Price ? «Inquiet, non. Surpris, beaucoup. On va le rencontrer», a-t-il dit, avant d’ajouter qu’il allait lui proposer d’aller faire sa grocerie !

C’est du bonbon et contrairement à ce que l’ancienne administration croyait, il ne met pas l’organisation dans l’embarras en étant franc et «chummy-chummy» avec les journalistes.

***

Maintenant, Carey Price.

Oubliez le passage de l’épicerie, c’est le premier exemple qui lui est venu à l’esprit. Ce que Price a dit, c’est qu’il se sent épié, voire traqué, dans sa ville d’adoption. Ce que ça dit, c’est que Canadien a un jeune gardien de 25 ans qui n’est pas tout à fait bien dans sa peau ici et qu’il a besoin d’aide, sinon, ça ne fonctionnera jamais.

Rappelez-vous il y a quelques années (il nous semble que ce soit après sa première saison à titre de no 1), il avait connu une baisse de régime inquiétante en fin de calendrier et il avait dit lors du post-mortem se sentir vidé et la direction du CH avait dit ne pas en avoir entendu parler avant. C’est inquiétant. Ça veut dire que Price garde ses émotions pour lui, qu’il ne jase pas de ses problèmes à son entourage.

Selon nous, il est là le problème.  Canadien vient de s’engager pour plusieurs saisons avec Price. Il devrait s’assurer qu’il a tout l’encadrement dont il a besoin afin qu’il soit au sommet de sa forme, physique ET mentale. Les derniers commentaires de Price nous laissent croire que c’est un atout auquel Canadien doit porter une plus grande attention. Les athlètes ne sont pas tous tirés du même moule. Certains subissent la pression mieux que d’autres. Price ne semble pas de ceux-là.

Maintenant, est-ce que les partisans du CH sont assez caves pour aller écoeurer Price quand il va se faire couper les cheveux ou s’acheter une chemise ? On ose espérer que non. Mais on ne serait pas surpris du contraire…

Et lâchez nous avec «il fait 6,5 millions $ pas an, qu’il endure».  Personne ne gagne assez cher dans la vie pour devoir endurer de se sentir persécuté, si c’est le cas.

(Une petite note sur Michael Ryder, qui avait oublié la journée média de samedi et quitté pour Terre-Neuve : il a été vu au Hurley’s mardi en fin d’après-midi…)

Prédictions des séries : bilan du 1er tour !

C’est qu’on ne connaît pas un mauvais début de séries, à CPCJ! côté prédictions ! 4 en 8, c’est près de du double de notre taux de réussite habituel ! Wow !

Évidemment, Canadien nous a laissé tomber, comme les Capitals, les Blues et les Canucks… Ça nous apprendra ! Mais nous avions le bon nombre de matchs pour les Bruins et les Blackhawks !

C’est maintenant l’heure de se mouiller pour le deuxième tour !

Penguins-Sénatristes

Ottawa ne nous fera pas le coup deux fois ! Mais ils nous ont démontré qu’il fallait leur donner un peu plus de crédit. Assez pour stopper le rouleau-compresseur des Penguins ? Non !

Penguins en 6 

Bruins-Rangers

Ces deux clubs viennent de remporter des séries de brillante façon et semblent tous deux équipés pour faire un bon bout de chemin en séries. Mais qui stoppera qui ? Les Bruins auront le dessus !

Bruins en 7

Blackhawks-Red Wings

Les Red Wings ont éliminé les Ducks en sept difficiles rencontres, mais toute leur expérience ne pourra pas faire pencher la balance en leur faveur face aux Blackhawks, qui devront tout de même trimer plus dur.

Blackhawks en 6 

Kings-Sharks

Après un lent départ face aux Blues, les Kings ont remporté quatre matchs d’affilée pour affronter les Sharks, qui ont humilié les Canucks. Est-ce qu’Antti Niemi saura répéter ses exploits du premier tour ? Peut-être, mais les Sharks se frotteront à bien meilleur gardien.

Kings en 6

****

Les Yankees de retour à leur position habituelle…

On s’attendait à une saison difficile en raison des nombreux blessés, mais les Yankees de New York sont de retour à une position habituelle pour eux: au sommet dans l’Est de l’Américaine !

Pas de Derek Jeter, d’Alex Rodriguez, de Mark Teixeira, de Curtis Granderson et de Kevin Youkilis (embauché pour pallier à la perte d’A-Rod) ? Pas de problème ! Lyle Overbay, Jayson Nix et Vernon Wells s’occuperont de tout cela !

Oui, les Yankees ont de l’argent pour patcher leurs trous. Mais il faut tout de même donner crédit à Brian Cashman et Joe Girardi. Le premier pour avoir trouvé les bons joueurs pour pas trop cher et le deuxième de les utiliser de la bonne façon pour gagner.

Wells frappe pour ,300 avec 9 circuits et 22 points produits. Overbay a déjà produit 24 points et compte 6 circuits à sa fiche. Résultats: 25-14 et deux matchs d’avance sur les Orioles de Baltimore !

Granderson est revenu au jeu mardi. Teixeira ne devrait pas tarder et A-Rod et Jeter devraient être de retour quelque part autour de la pause du match des étoiles.  Notre prédiction : rendez-vous en octobre !

Start spreading the news; …

Le fantôme du bon Jacques

Il y avait un intrus lors de ce quatrième match entre Canadien et les Sénatristes. Alors que le club a dominé les deux premières périodes et menait 2-0, le fantôme du Bon Jacques est apparu dans le vestiaire de Canadien et a ensorcelé ses joueurs.

Le fantôme du Bon Jacques leur a jeté le sort de «Joue-sur-les-Talons» en se frottant les mains et en riant dans sa barbe !  Canadien s’est alors mis dans la tête de reculer, donner la zone neutre aux Sénatristes et tenter de protéger son avance de deux buts pendant 20 minutes au lieu de faire ce qui l’a si bien servi cette saison : forcer l’adversaire à faire des erreurs avec sa vitesse.

Des témoins ont affirmé avoir entendu une voix caverneuse crier «Dump and Chase» et «Backcheck! Backcheck!» aux quatre coins de la Place Banque Scotia, mardi...

Des témoins ont affirmé avoir entendu une voix caverneuse crier «Dump and Chase» et «Backcheck! Backcheck!» aux quatre coins de la Place Banque Scotia, mardi…

Alors ce qui devait arriver (et qui arrivait tout le temps quand le Bon Jacques était là) arriva : après 12 minutes d’inepties totales, Canadien a donné un premier but. Oui, amis lecteurs, vous nous direz qu’il aurait dû être refusé. Vous avez raison. Mais dans la Ligne nationale des séries, les règles sont aléatoirement appliquées et Zibanequequechose n’a pas fait un mouvement pour diriger la rondelle, selon les sbires de la LNH. (J’ai bien hâte de les voir annuler un but pour cette raison après la décision qu’ils ont rendue hier, by the way…)

Mais le fait demeure que le jeu menant à ce but s’est passé à 6 pouces du filet de Carey Price. Puis, avec quelques secondes à faire, Ottawa a créé l’égalité. Le toit s’est ensuite effondré sur Canadien quand Price s’est blessé. Tous ses détracteurs qui souhaitaient voir Peter Budaj risquent d’être servis. Mais ils comprendront rapidement pourquoi il n’a jamais connu de succès en carrière comme gardien no 1. Avant de s’amener dans le match d’hier, il avait une grosse expérience de 116 minutes en séries en carrière.

Peter Budaj est un excellent second. Il n’est pas un no 1. Ça veut donc dire que la super saison de Canadien, deuxième dans l’Est et premier dans la Nord-Est, se terminera fort probablement après 5 petits matchs éliminatoires. On repassera pour la fièvre du printemps, qui n’est jamais venue, d’ailleurs.

Peut-être qu’on aurait dû affronter Toronto, finalement ?

Une fois tout cela terminé, il faudra aussi songer à se trouver un vrai centre no 1. On se répète : David Desharnais ne peut pas occuper ce rôle à plein temps. Les 6 dernières semaines l’auront grandement prouvé, alors que le reste de la ligue semble avoir trouvé comment le contrer. Il est pitoyable en séries,  n’ayant amassé qu’une aide et effectué un tir, tous deux hier. Mais il est loin d’être le seul à blâmer ! Max Pacioretty est affreux, Andrei Markov, exécrable. Pacioretty a probablement la défaite de jouer blessé, mais il faut alors se poser la question : est-il préférable de faire jouer des gars à 50 % ou des gars moins talentueux à 100 % ?

En attendant, à Marc Bergevin et Michel Therrien de s’assurer que le fantôme du Bon Jacques disparaisse…

****

Sinon, bien, nos prédictions ne se portent pas trop mal ! Êtes-vous surpris ? Nous un peu !

Bon, les Canucks ne gagneront pas en 7, mais que voulez-vous ? C’est probablement un cas de changement d’entraîneur à Vancouver… Et de structure offensive, et de gardien no 1, et… et… Avez-vous vu les jumeaux Cédille dans cette série ? (Un confrère les surnomme Thelma & Louise ! Je la trouve très drôle !). Luongo, Schneider, Luongo, Luongo, Schneider, Schneider… Trouvez pas que le niaisage a assez duré ?

Je vais vous dire un endroit où Luongo serait très apprécié présentement : Pittsburgh ! Fleury est en train de s’assurer qu’on le sorte de la ville en plumes et goudron avec sa performance actuelle. S’il fallait que les Islanders éliminent les Penguins, ça pourrait être la fin pour lui.

Les Penguins se sont mis all-in pour ces séries avec toutes leurs transactions. Présentement tout fonctionne, sauf Fleury.

C’est l’heure de mettre votre dernier 2 $…

Comme vous le savez, ici, à Chips! Peanuts! Cracker Jack!, les prédictions des séries, on connaît ça ! Hockey, baseball, football: emmenez-en !

Ça ne veut toutefois pas dire que l’on fasse de bonnes prédictions… D’ailleurs, notre taux de succès la saison passée était plutôt famélique. Vous croyez que ça va nous empêcher de nous mouiller jusqu’au cou et de se ridiculiser une autre fois ? Que nenni !

Voici donc, pour vous amis lecteurs et surtout, pour votre portefeuilles, nos prédictions sur les séries 2013 de la LNH :

Association Est:

Canadien-Sénatristes

Ah ! Vous attendiez Toronto ? Ce sera pour une autre fois (au deuxième tour ?) ! Les Sénatristes sont allés vaincre les Bruins chez eux lors du tout dernier match de la saison pour éviter les Penguins et «s’offrir» Canadien, un club que les joueurs du Ottawa trouvent «davantage à leur portée». Nous avons des petites nouvelles pour vous, Ottawa.

Canadien en 6

C'est comme ça qu'on fait, Carey...

C’est comme ça qu’on fait, Carey…

Penguins-Islanders

Les Islanders ont connu une belle fin de saison, mais les Penguins, même sans Crosby, Malkin, Letang et leur mascotte ont démontré qu’ils ne cesseraient de gagner des matchs. Bravo les Islanders, mais on repassera pour le deuxième tour.

Penguins en 5

Capitals-Rangers

Les Caps ont terminé la saison en feu et les Rangers ont aussi connu une bonne fin de calendrier pour se hisser jusqu’au sixième rang. Mais sauront-ils stopper Alexander Ovechkin ? On en doute.

Capitals en 6

Bruins-Maple Laughs

Possiblement la seule bonne occasion de cheerer pour les Bruins de votre vie ! L’équipe la plus surévaluée dans l’Est se fera montrer la sortie par VOS Bruins ! Mais ce sera long et ardu…

Bruins en 7

***********

Association Ouest 

Les partisans sont gonflés à bloc pour le début des séries à Vancouver.....

Les partisans sont gonflés à bloc pour le début des séries à Vancouver…..

Le Wild était bien heureux de faire les séries. Jusqu’à ce qu’il se rappelle qui a terminé premier dans l’Ouest. Le rouleau compresseur du Chicago n’aura pas de mal à aplatir Minnesota. Ce n’Est pas dans cette série que les Hawks vont se fatiguer.

Blackhawks en 4

Ducks-Red Wings

Les Ducks ont connu une fin de saison difficile, tandis que les Wings ont remporté leurs quatre derniers matchs pour confirmer leur 22e participation d’affilée au tournoi printanier. Au cours des ces matchs, Pavel Datsyuk a démontré qu’il était l’un des plus grands gamers de la LNH quand ça compte. Désolé, Saku et Teemu.

Red Wings en 6

Canucks-Sharks

Ces deux clubs ne s’aiment pas, alors c’est une série au cours de laquelle rififi pourrait être de la partie. San Jose a été atroce sur les patinoires adverses cette saison, donc, avantage Canucks.

Canucks en 7

Blues-Kings

Les Blues s’amènent en série avec peut-être le gardien le plus hot du moment et comme on le sait si bien à Montréal, on va aussi loin que nous mène notre gardien en séries (OK, Carey ?). Pas de répétition pour les Kings.

Blues en 5

Voilà ! Maintenant, allez miser votre maison là-dessus, comme ils disent, it’s money to the bank !

On vous garantit que ce ne sera pas la finale de 2013. Vous pouvez parier là-dessus aussi...

On vous garantit que ce ne sera pas la finale de 2013. Vous pouvez parier là-dessus aussi…

AVIS: nous ne sommes pas responsables de tout dommage causé à votre portefeuilles/couple en raison de ces prédictions.

De la correction boursière du CH…

Alors que la semaine dernière, Canadien nous a forcé à nous répandre en excuses, il est en train de nous donner raison cette semaine…

Avec cinq défaites à ses six derniers matchs (six à ses 10 derniers), Canadien a glissé au quatrième rang dans l’Est, mais pourrait toujours terminer deuxième. Il pourrait aussi terminer cinquième et commencer les séries à Toronto…

Plusieurs s’inquiètent de la tenue du CH au cours des dernières semaines et surtout, de la tenue de Carey Price (aucunement à blâmer pour la défaite au New Jersey, by the way…). Mais la vérité, du moins, ce qu’on croit être la vérité, est que Canadien est victime d’une correction boursière.

Tout semble mener vers un affrontement contre les Laughs et Douchebag Phaneuf

Tout semble mener vers un affrontement contre les Laughs et Douchebag Phaneuf

Il a surfé sur une surévaluation de son titre depuis janvier dernier et là, les marchés le rattrapent. Comme on le voit souvent en bourse, l’action de Canadien a cessé d’être la saveur du mois et revient à son taux normal de transaction.

Remarquez, c’est encore mieux que ce qu’on espérait pour lui : on vous rappelle que toute l’équipe de CPCJ! le plaçait au mieux en 11e place. Même en terminant cinquième, Canadien fera donc mieux que ce que la plupart des analystes lui prédisaient. Ça arrive aussi pour les titres boursiers. C’est juste que le Tricolore retrouve tranquillement sa valeur «véritable».

Maintenant, il ne reste qu’à souhaiter que Canadien ne soit pas en train de nous faire un Nortel et de se planter royalement et rapidement, ce que la plupart de fefans lui prédisent actuellement sur les réseaux sociaux, qui, comme nous le savons, se veulent l’aune de prédilection pour mesurer la valeur de toutes choses…

Oui, les Maple Laughs ont un club intimidant et Canadien a démontré cette saison qu’il pouvait : a) parfois ne pas être intimidé, b) parfois être très intimidé. Contre Toronto, il me semble qu’il ya eu plus souvent du b que du a…

Qu’il termine 2e, 4e ou 5e, le CH, s’il a démontré de belles aptitudes cette saison, n’a pas encore démontré qu’il appartenait à l’élite de la ligue et il y a de trop nombreux points d’interrogation encore dans sa formation pour aspirer bien faire dans la dans du printemps.

Ce n’est pas encore l’heure des prédictions, mais on ne voit pas Canadien franchir le premier tour. À l’an prochain, donc…